Changez votre image de couverture
Téléverser
Changez votre image de couverture
Le statut de ce compte utilisateur est Approuvé·e
Philippe de Monts formé à l’école Claude Mathieu et à l’école du Libre Acteur dirigée par Sébastien Bonnabel, a joué en quinze ans dans une cinquantaine de pièces, au cinéma et à la télévision. Sur le web, on le retrouve dernièrement dans la série « LE LATTE CHAUD », « EN CHIEN », « RSA », « MODASSE », « LE MYRIAPODE » et en ce moment en tournage sur la série « LES CHIARDS». Il joue dans la pièce immersive SMOKE RING pour le festival d’Avignon 2018. Il prépare actuellement son premier seul en scène mis en scène par Christophe Luthringer. Philippe de Monts est aussi réalisateur (court métrages, publicités, séries). Philippe de Monts : "A 6 ans je voulais devenir prêtre pour servir les autres ou alors concessionnaire de voiture, juste pour le plaisir de conduire des bolides. Mais à 7 ans, ma sœur qui n’avait pas de sœur justement et qui rêvait d’en avoir une, décide de me mettre en scène dans le «mariage forcé » et me confie le rôle féminin de Dorimène, que j’apprend dans son intégralité mais sans en comprendre un mot. Ma famille se régale. Je veux devenir actrice ! Je comprendrai plus tard que les hommes peuvent eux aussi exercer ce métier. En classe de CM2, à l’école primaire Jean Jaurès de Toulouse, je joue un arbre, un chêne si mes souvenirs sont exacts. Je m’emmerde, il m’en faut plus ! Adolescent, je découvre les Deschiens. Leur créativité et leur liberté me fascine. J’enregistre tous les sketches avec mon enregistreur cassette, ils passent en boucle dans mon walkman que j’ai toujours sur moi dans le bus 31 qui me conduit à l ‘école et je les joue en boucle à l’heure du dîner avec ma sœur. Ma mère n’en peut plus, même si je la fais rire. Et comme je suis un garçon solitaire et timide, elle m’envoie de force dans le club théâtre du lycée : « ça va te faire du bien, tu verras, et puis t’auras qu‘à leur faire tes sketches ! ». Et ça marche ! Les gens viennent me parler, surtout les filles… et j’arrive enfin à embrasser Julie. Je comprendrai plus tard que ce métier est bien plus complexe que ça et qu’il sert à bien d’autres choses encore, comme donner du beau aux gens pour les rendre meilleurs. J’arrive à l’école Claude Mathieu en 2002 à Paris. Je suis débordant d’envie et d’énergie. Sur la devanture de l’école, il est écrit « Art et techniques de l’acteur ». Y’a du boulot ! Alors je m’y mets et pas qu’à moitié… Il y a peu de temps, j’ai réalisé que je n’avais pas choisi ce métier par hasard : mon père avait un handicap qui l’empêchait de parler . J’ai voulu prendre la parole à sa place d’une certaine manière en devenant acteur. J’aime la puissance de Léonardo Di Caprio dans Le loup de Wall street. Kevin Spacey me fascine dans American Beauty. James McAvoy m’impressionne dans Slipt. Philippe Toretton est bluffant dans Présumé Coupable. Vincent Lindon est un acteur aussi complexe que passionnant. J’aime les films de Joachim Lafosse, Xavier Legrand, Xavier Dolan, Katell Quillévéré, Jacques Audiard, Jean Pierre Ameris. On me distribue la plupart du temps dans des personnages puissants, cyniques, manipulateurs, pervers mais aussi des personnages sensibles, fragiles et brisés. J’aimerai aller de plus en plus vers des personnages qui ressembleraient à monsieur tout le monde mais qui en plus de cela seraient aussi des tueurs en série, fous et/ou violeurs. En parlant de violeurs, je ressemble aussi beaucoup à Kevin Spacey et je me prépare en ce moment pour son biopic. Ma force : Je suis prêt. Ma faiblesse : Ma force. « Je crois qu'avoir envie de réaliser un rêve, c'est le talent, et tout le restant c'est de la sueur (..) Il est urgent de ne pas être prudent, il faut être imprudent. Vous vous cassez la gueule et bien vous vous cassez la gueule » Ca, c’est pas de moi mais du grand Jacques. Alors, si vous avez un coup de démotivation, écoutez cela !" https://www.youtube.com/watch?v=_HqV-ZSohJU